L’essor commercial de la Rive-Nord de Montréal : un moyen d’attirer les gens de la ville?

L’essor commercial

Entre 2007 et 2012, près de 230 000 personnes ont choisi de quitter l’île de Montréal pour déménager en périphérie, selon une étude de Radio-Canada. Un peu plus de la moitié d’entre eux ont opté pour une propriété sur la Rive-Nord.

Lorsqu’on s’attarde à l’essor commercial que connaît la région, qu’il s’agisse des nouveaux commerces de Mirabel ou des nombreux projets résidentiels de Terrebonne et des environs, il y a lieu de s’interroger sur l’impact de ce développement urbain sur le choix d’une propriété.

La vie en ville

Plusieurs amoureux de la ville citent le mode de vie comme raison principale de leur choix de vivre à Montréal. En effet, la proximité des services, combinée au transport en commun, permet aux Montréalais de mener un mode de vie actif sans voiture. La vie en ville permet d’être au coeur de plusieurs activités culturelles et de profiter d’une multitude de commerces, qu’il s’agisse de grandes chaînes commerciales ou de petites boutiques.

Toutefois, avec la montée constante des prix des propriétés, plusieurs ménages se tournent vers la banlieue dans l’espoir de faire des économies.

Les attraits de la banlieue

Les prix plus abordables des propriétés sont d’ailleurs un des arguments principaux cités par les nouveaux habitants de la Rive-Nord. Même si la vie en banlieue entraîne parfois l’achat d’un véhicule, l’accès à la propriété est plus facile en banlieue et plusieurs premiers propriétaires y voient une solution idéale.

De plus, la banlieue a la réputation d’offrir un environnement plus propice à un mode de vie familial. Elle offre, par exemple, un milieu plus tranquille et plus sécuritaire, caractérisé par une population moins dense. Un jeune couple qui prévoit avoir des enfants y trouvera aussi plus facilement une propriété assez grande pour accueillir une famille qui s’agrandit.

De nombreux couples troquent donc leur logement en ville contre une maison avec plusieurs chambres à coucher, un terrain privé, une terrasse, une piscine, etc. Cette tendance est si marquée qu’elle a entraîné l’apparition du terme « exode des familles » pour exprimer le phénomène.

La ville de Montréal a bien mis sur pied des programmes d’aide aux familles pour les encourager à rester en ville, mais ces mesures sont souvent insuffisantes pour les convaincre.

Le rôle du développement commercial dans le choix d’un secteur

L’effervescence du secteur commercial encourage certes les nouveaux acheteurs à s’installer sur la Rive-Nord, puisqu’ils y trouvent la proximité des services qui fait l’attrait de la vie en ville. De plus en plus de municipalités développent d’ailleurs de petits centres-villes, caractérisés par des boutiques spécialisées, des petits restaurants et une variété d’activités. La présence du transport collectif, par exemple le service du train de banlieue, contribue également à faire de la banlieue une version plus paisible de la ville.

Ces initiatives des municipalités de la couronne nord permettent aux ménages de conserver quelques habitudes de leur mode de vie urbain lorsque des motifs économiques ou familiaux les poussent à déménager.

, , , , ,

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *